Succès de la mission DM-1 pour SpaceX !


 

Depuis l’arrêt du programme des Navettes Spatiales en 2011, la NASA n’avait plus de véhicule pouvant emmener des astronautes à bord de la station spatiale internationale (ISS). Pour se faire, une collaboration internationale entre la NASA et ROSCOSMOS (Agence Spatiale Russe) était nécessaire pour continuer à envoyer des astronautes sur l’ISS (les Russes étaient jusqu’à présent les seuls ayant un vaisseau fiable, le Soyouz, utilisé depuis l’époque soviétique. C’est du lourd, comme on dit). Mais en Septembre 2014, la NASA a passé un contrat avec deux agences privées, Space X et Boeing, pour envoyer à nouveau des astronautes depuis le sol américain. Ces deux agences privées ont dû concevoir une cabines de vol habité chacune avec des budgets conséquents offerts par la NASA : 2,6 milliards de dollars pour SpaceX et son Crew Dragon et 4,6 milliars pour Boeing et son CST-100 Starliner. Ce nouveau programme est appelé « NASA Commercial Crew ».

Le 2 mars dernier, depuis le pas de tir 39A du Kennedy Space Center en Floride, la Falcon 9 de la mission DM1 (Demonstation Mission 1) a décollé avec en charge utile, la capsule habitée Crew Dragon. Pour ce premier vol du Crew Dragon, pas d’astronautes à bord, mais un mannequin appelé Ripley (référence à un personnage dans Alien) habillé de la combinaison de pressurisation SpaceX, et un indicateur de 0 gravité, appelé « Earth Buddy », une peluche en forme de planète Terre. Cette peluche, simplement posée dans la cabine, a montré le passage de la gravité terrestre (1g) à l’impesanteur (0g) en « flottant » tout simplement dans la capsule. 

 

IMG-6755
Ouverture de la capsule par l’équipage de l’ISS. On peut y aperçevoir Ripley et le petit Earth Buddy. Credit: capture d’ecran live SpaceX.

 

Qu’elle est la particularité du module Crew Dragon ?

 

32376934667_a534108cab_z
La Falcon 9 et le Crew Dragon en attente à côté de la nouvelle tour de lancement du pas de tir 39A du Kennedy Space Center. Credit: NASA Commercial Crew.

 

Et bien la modernité pour commencer ! Cette nouvelle capsule habitée sors tout juste d’un film de science fiction avec un look très futuriste, de même pour la tour de lancement. La capsule a été élaborée pour offrir « un voyage agréable ». Elle comprends trois fenêtres sur l’extérieur pour pouvoir profiter de la vue sur la Terre, la Lune ou un autre astre (d’après le site de SpaceX) . Le Crew Dragon est totalement autonome, il est géré et contrôlé depuis le Mission Control de SpaceX à Hawthorne en Californie. Un des nouveaux éléments présents également, est le système d’éjection d’urgence (testé en 2015) qui permettra de faire évacuer les astronautes en cas de problèmes avec une acceleration plus douce, « digne d’un manège de Disneyland ». Ce nouveau système d’évacuation est basé sur 8 moteurs Super Draco directement construits sur les cotés de la capsule (contrairement à ce qu’on pouvait avoir avec d’autres lanceurs, avec des « tours » de sauvetage placées au dessus de la cabine habitée). Cette amélioration permet une diminution de l’acceleration maximale (et donc de la force ressentie) lors d’un sauvetage d’équipage (4,6g pour le Crew Dragon) contrairement aux autres systèmes de sauvetage connus.

 

interior_1
Photo de l’intérieur du Crew Dragon. Credit: SpaceX.com

 

Les moteurs Super Drago peuvent être utilisés tout au long du trajet jusqu’en orbite, ce qui renforce la sécurité des passagers à bord de la capsule. Ce système d’éjection sera testé prochainement en Juin lors d’un test d’éjection en vol, avant le vol DM-2 qui sera habité. La date du vol DM-2 n’a pas encore été annoncée. 

proxy.duckduckgo.com
Schéma du Crew Dragon. Credit: Everydayastronaut.com

 

222
Photos des tests de developpement des moteurs Super Draco qui se trouvent autour de la capsule Crew Dragon. Credit: Spacex.com

 

Le Crew Dragon possède également un système de support vie appelé ECLSS (Environnement Control and Life Support System) qui assurera un environnement sûr pour les astronautes, même la température intérieure de la capsule pourra être réglée selon le besoin des passagers, quel luxe…

 

Déroulé de la mission DM-1.

 

47230731122_97f1075c28_z
Décollgage de la Falcon 9 et du Crew Dragon. Crédit: NASA Commercial Crew.

 

C’est à 8h49 heure de Paris, que la Falcon 9 s’est élancé dans le ciel en direction de l’ISS. 10 minutes après le lancement, la capsule s’est séparée du second étage de la Falcon 9, comme prévu. Après 18 orbites, le Crew Dragon s’est amarré à bord de l’ISS, le dimanche 3 mars, au module américain Harmony. Mais comme la capsule était totalement automatisée, il a fallu prendre quelques précautions pendant l’amarrage pour éviter une collision entre le Crew Dragon et l’ISS. C’est à 11h51 que la capture fut confirmée. L’équipage n’a pu ouvrir la porte de la capsule que quelques heures plus tard  vers 14h, le temps de sécuriser les modules préssurisés de l’ISS et et le Crew Dragon. 

 

 

Le vendredi 8 mars à 8h31, heure de Paris, le Crew Dragon s’est détaché de manière autonome de l’ISS après avoir passé 5 jours amarré à la station. Heureusement pour l’équipage, le petit « Earth Buddy » a pu rester sur l’ISS alors qu’il devait normalement repartir dans la capsule. Vers 13h48, la capsule s’est séparée du « trunk » qui comprenait ses panneaux solaires, puis a allumé ses moteurs pour la phase de désorbitation.

 

mQgyT9PD
Photo de la capsule après s’être détaché de l’ISS. Credit: NASA Commercial Crew.

 

Après avoir déployé ses premiers parachutes de stabilisation et plus tard ses autres parachutes, la capsule a amerri à 14h45 à environ 400km de Cap Canaveral.

 

 

D18h0oeXcAApfGw.jpg large
Le Crew Dragon en phase de descente après avoir déployé ses 4 parachutes. Credit: NASA Commercial Crew.

 

D18h7BHWoAcPWkm.jpg large
Récupération de la capsule après son amérrissage. Credit: NASA Commercial Crew.

 

Le but de la mission DM-1 ?

 

Le but de cette mission était de vérifier les performances de la capsule Crew Dragon, avec différents tests et analyses faits durant toute la mission, du lancement jusqu’à l’amerrissage. Par exemple, le mannequin Ripley, était équipé de capteurs pour pouvoir analyser ce qu’un éventuel astronaute aurait ressenti pendant le décollage et la mise en orbite de la capsule. Pour ce qui est de la capsule en elle même, les systèmes qui ont été testés sont : l’avionique, l’amarrage, les communications et télémétries, les panneaux solaires, le courant électrique, la propulsion, et le contrôle de guidage et navigation. D’autres éléments comme le niveau acoustique et vibratoire ont été également analysés.

Demo-1_Infographic
Infographie de la mission DM-1. Credit: Orbital-velocity.com

 

La mission était un franc succès. Après tous ça, on peut dire que c’est très bien parti pour SpaceX et le NASA Commercial Crew. Si le test d’éjection en vol réussi, nous pourrions enfin revoir des astronautes décoller depuis le sol américain, presque 7 ans après les Navettes Spatiales.

Retrouvez le live du lancement ci-dessous :

https://www.youtube.com/watch?v=2ZL0tbOZYhE

 

Bonus : Quelques photos de Earth Buddy en compagnie des astronautes Anne Mcclain (NASA) et David Saint Jacques (CSA) à bord de l’ISS ! 😉

 

 

Sources :

https://www.spacex.com/crew-dragon

https://www.space.com/29329-spacex-tests-dragon-launch-abort-system.html

https://www.space.com/18852-spacex-dragon.html

https://reves-d-espace.com/crew-dragon-dm1-bon-retour-sur-terre/

 


 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s